Catastrophes naturelles

Séismes

Durant le siècle dernier, plusieurs tremblements de terre continentaux ont frappé le pays, avec cependant une magnitude qui ne dépassait pas les 6 degrés sur l’échelle de Richter. Seuls les séismes d’Agadir (1960), d’Erfoud, de Rissani (1992) et d’Al Hoceïma (1994 et 2004) ont enregistré de fortes magnitudes. La position géographique du Maroc, à l’extrême nord-ouest du continent africain, fait qu’il se trouve au carrefour de deux failles majeures. Depuis quelques années, plusieurs études réalisées ont montré une activité sismique intense, le long des chaînes montagneuses du Rif et de l’Atlas.
Il est important de savoir qu’un tremblement de terre est pratiquement imprévisible et qu’il est toujours suivi de nombreuses secousses sismiques, appelées « répliques », qui peuvent achever de détruire des ouvrages ou des immeubles déjà sérieusement affectés par le choc principal.

Pendant le séisme

Si vous êtes chez vous

- Restez-y. Ne vous précipitez pas dehors.
- N’utilisez pas les ascenseurs. Si vous êtes dans un ascenseur au moment d’un tremblement de terre, sortez le plus vite possible.
- Abritez-vous sous une table, un bureau ou un autre meuble solide et agrippez-vous-y.
- Si vous êtes dans un couloir, mettez-vous en position accroupie le long d’un mur intérieur.
- Ne vous tenez pas dans l’embrasure d’une porte : celle-ci pourrait se rabattre sur vous et vous blesser.
- Protégez votre tête et votre visage.
- Eloignez-vous des fenêtres, des cloisons de verre, des miroirs, des foyers, des bibliothèques, des meubles en hauteur, des appareils d’éclairage.

Si vous êtes à l’extérieur

- Restez-y ; essayez de vous diriger vers un endroit sûr, loin des fenêtres, des immeubles, des fils électriques ou des poteaux de téléphone.

Si vous êtes dans un véhicule

- Essayez de vous arrêter dans un endroit sûr. Essayez de ne pas bloquer la route.
- Éloignez–vous des ponts, des viaducs et des immeubles, si possible. Restez dans votre véhicule.

Si vous êtes dans un endroit public encombré

- Essayez de vous réfugier quelque part en faisant attention de ne pas vous faire piétiner.
- Si vous êtes à l’intérieur, ne vous précipitez pas dehors où vous pourriez être blessé par des chutes de débris. Les trottoirs qui longent des immeubles en hauteur sont particulièrement dangereux ; dans les centres commerciaux, essayez de vous réfugier dans le magasin le plus proche. Éloignez-vous des fenêtres, des puits de lumière et des rayons chargés d’objets lourds.

Si vous êtes à l’école

- Glissez-vous sous un pupitre ou une table et tenez fermement le meuble en question.
- Éloignez-vous des fenêtres.

Si vous êtes à bord d’un autobus
- Restez assis jusqu’à ce que l’autobus s’arrête.

EN RÉSUMÉ, ABRITEZ-VOUS. S’il est impossible de vous abriter, mettez-vous en position accroupie et protégez-vous la tête et le visage pour ne pas être blessé par des débris ou des éclats de verre. Restez dans un endroit protégé jusqu’à ce que les secousses cessent. Attendez-vous à de nouvelles secousses (les répliques) ; elles peuvent se produire pendant un certain temps après le séisme initial.

Après le séisme

Dans les instants qui suivent immédiatement le séisme, restez calme. Vous aurez peut-être à prendre en charge d’autres personnes. Occupez-vous des situations qui mettent des vies en danger.

Si vous êtes chez vous

- Vérifiez si vous êtes indemne, de même que les autres personnes près de vous. En cas de blessure, administrez les premiers soins (position latérale de sécurité, plus si vous êtes compétent).
- N’utilisez pas le téléphone, à moins d’avoir à signaler une urgence.
- Mettez des souliers solides et des vêtements protecteurs pour éviter d’être blessé par les décombres, surtout les éclats de verre.
- Vérifiez si votre maison a subi des dommages structurels ou autres. Si vous soupçonnez que votre maison n’est pas sûre, n’y pénétrez pas.
- N’allumez pas d’allumettes ni de briquets et ne touchez pas aux interrupteurs pour faire la lumière ou éteindre, à moins d’être sûr qu’il n’y a pas de fuite de gaz ou de liquide inflammable renversé.
- Utilisez plutôt une lampe de poche pour vérifier l’eau, l’électricité et le gaz et ne les fermez pas à moins qu’il y ait des dommages. S’il y a une fuite de gaz, vous le saurez par l’odeur.
- Si l’eau courante est encore disponible immédiatement après le tremblement de terre, remplissez une baignoire et d’autres récipients au cas où l’eau serait coupée plus tard. S’il n’y a pas d’eau courante, rappelez-vous que vous avez peut-être de l’eau dans le chauffe-eau et le réservoir de la chasse d’eau.
- Ne tirez pas la chasse d’eau si vous soupçonnez que les conduites d’égout sont crevées.
- Nettoyez soigneusement tout dégât de substances dangereuses. Protégez-vous les mains et les yeux.
- N’utilisez pas votre véhicule, sauf en cas d’extrême urgence, à moins que des responsables des secours d’urgence vous aient demandé de le faire. Laissez la voie libre pour les véhicules de sauvetage et d’urgence.
- N’essayez pas de sortir de votre voiture si des fils électriques sont tombés dessus. Attendez qu’on vous vienne en aide.
- Restez à au moins dix mètres des lignes électriques qui sont tombées sur le sol.
- Les denrées périssables se gâteront rapidement si l’électricité est coupée. Si ces aliments sont encore crus, il faut les faire cuire en premier. Les aliments qui sont au congélateur peuvent rester congelés pendant deux jours sans électricité, pourvu que la porte du congélateur ne soit pas ouverte fréquemment.
- Jetez les conserves qui sont bombées ou qui fuient.

Inondations

Les inondations correspondent à des aléas naturels susceptibles d’occasionner des pertes en vies humaines, des dommages aux biens, des perturbations sociales et économiques et de dégradations de l’environnement. Le Maroc n’échappe pas à cette règle. Les inondations de l’Oued Ourika de 1995, celles de l’Oued Maleh de 2002, les inondations d’octobre 2008 (Tanger, Nador, Boulmane…), et les crues de l’Oued Baht (Fin Janvier-début Février 2009) restent gravées dans les mémoires des marocains.

  • Suivez les consignes des autorités.
  • Protégez-vous dès l’annonce de la montée des eaux.
  • Efforcez-vous de boucher toutes les ouvertures basses de votre domicile.
  • Placez les objets ou documents précieux dans les étages ainsi que de l’eau potable et de la nourriture. Mettez les produits toxiques à l’abri de la montée des eaux (pesticides, produits d’entretien, etc.).
  • Coupez l’électricité et le gaz.
  • Soyez prêt à évacuer votre maison si nécessaire.
  • Éloignez-vous des torrents lors des orages.
  • Ne traversez une zone inondée ni à pied ni en voiture.
Si vous devez quitter votre maison, emportez seulement l’essentiel. Affichez dans un endroit visible un message indiquant où l’on peut vous trouver.

Le risque de mouvements de terrain

Au Maroc, les zones soumises aux mouvements de terrain sont surtout le Rif et de façon moindre le moyen Atlas, en raison de l’existence de reliefs très contrastés, de terrains géologiques friables et de conditions climatiques rigoureuses.
Les conséquences des mouvements de terrain sont fonction de l’ampleur et de la brutalité du phénomène. Ils peuvent être très destructeurs, car les aménagements humains y sont très sensibles et les dommages aux biens peuvent être considérables (de la simple fissuration à la destruction totale).

Le risque de Tsunami

Beaucoup de tremblements de terre entrainent des tsunamis. Si vous apprenez qu’un tremblement de terre vient de se produire, soyez attentifs à un éventuel message d’alerte tsunami.

Un tremblement de terre dans la zone où vous vous trouvez peut-être un avertissement de ce qu’un tsunami va se produire. Ne restez pas dans les zones proches de la côte si un tremblement de terre important vient d’avoir lieu.

Les tsunamis sont parfois précédés par une baisse importante du niveau de la mer, qui se retire et découvre la plage sur une distance inhabituellement longue. Un grondement est parfois entendu avant que la vague n’atteigne le rivage.

Un tsunami n’est pas une vague unique, mais une série de vagues qui peuvent venir du large pendant des heures. La première vague n’est pas toujours la plus importante. Restez hors de la zone dangereuse tant qu’un avis de retour à une situation normale n’a pas été émis par les autorités compétentes.

- Un petit tsunami en un point de la côte peut être extrêmement violent quelques kilomètres plus loin.
- Tous les avis d’alerte tsunami doivent être pris très au sérieux.
- Tous les tsunamis sont potentiellement dangereux, même si certains ne causent pas de dommage aux rivages qu’ils atteignent.
- Ne descendez jamais sur la plage pour observer un tsunami. Quand vous apercevez la vague, il est déjà trop tard pour lui échapper. La plupart des tsunamis sont comme des coulées pleines de débris. Les vagues de tsunamis ne roulent pas et ne cassent pas et il est vain d’espérer surfer dessus.
- Aucune partie de la côte n’est a priori certaine de ne jamais recevoir de tsunami. Si vous résidez dans une zone côtière, soyez prêts à réagir à un avis d’alerte tsunami.

Dernière modification : 06/02/2014

Haut de page