Détention et usage de bombes lacrymogènes

Plusieurs ressortissants Français, résidents ou de passage, ont rencontré récemment des difficultés avec la police et la justice au Maroc pour détention ou usage de bombes lacrymogènes. Le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international rappelle qu’au Maroc les bombes lacrymogènes sont assimilées à un « engin suffoquant » et sont, par conséquent, strictement interdites, en application des articles 303 et 303 bis du code pénal.

Dernière modification : 28/04/2014

Haut de page