Elodie Saget

Découvrez le portrait de Mme Elodie Saget, consultante pour les archives audiovisuelles à la Cinémathèque de Tanger.

JPEG

- Quels sont les éléments qui vous ont donné envie de venir vous installer dans la région Nord du Maroc ?

J’ai grandi en France, j’y ai fait mes études à un moment où les échanges universitaires internationaux étaient courants pourtant je n’ai pas voulu partir. Une fois ma vie professionnelle débutée et les premiers objectifs atteints, l’envie de partir est apparue très soudainement. Le sud de la Méditerranée m’attirait naturellement et c’est le hasard d’une rencontre avec une ancienne camarade de promotion dans les couloirs de la faculté où nous étions toutes deux intervenantes professionnelles qui m’a conduit à la suivre dans les archives de la Cinémathèque de Tanger.

- Quelle est votre occupation professionnelle ? Votre engagement, votre activité principale actuellement ?

J’ai suivi cette amie qui était alors consultante pour les archives audiovisuelles à Tanger et j’ai pris doucement son relais auprès des archives et de la collection de la Cinémathèque. Je travaille aujourd’hui à l’inventaire, la sauvegarde, la collecte et la valorisation du patrimoine cinématographique de Tanger et sa région. Dans ce cadre, je propose une programmation des trésors des archives autour d’un rendez-vous mensuel, le Ciné Collection, complété par un atelier pré cinéma pour les enfants. Dans les coulisses, nous travaillons collégialement avec plusieurs cinémathèques au développement d’une base de données qui va nous permettre de faire évoluer les archives et à long terme, de les proposer en consultation en ligne.

- Qu’est-ce que votre installation au Maroc a changé en vous ?

S’installer à l’étranger, et plus précisément dans un pays du monde arabe, était devenu une urgence pour ma personnalité entêtée. Mon installation à Tanger y a satisfait : ce qui me manquait, Tanger me l’a offert. Je ressentais un besoin de repousser des limites personnelles, professionnelles mais aussi de nourrir un besoin d’ailleurs. Je suis partie convaincue qu’un changement géographique se prolongerait par des mutations intellectuelles et culturelles essentielles, saines et dynamisantes.

- Avez-vous connu des difficultés à vous installer, ou les démarches ont-elles été, au contraire, faciles à mener ?

Je n’ai pas connu de difficultés particulières mais toutes mes démarches ne sont pas encore terminées !

- Quels conseils donneriez-vous à un Français qui déciderait de venir s’installer dans la région Nord du Maroc ?

Je l’encouragerais ! Une bonne part de mes échanges avec mes proches consiste à les convaincre de me rejoindre, au moins pour un temps. Je dirais à quiconque que faire l’économie d’un voyage, au sens que lui donnait Paul Bowles, est se priver de pensées, de beauté mais aussi de chocs et d’ouverture. Dans l’environnement médiatique et politique que nous subissons, partir à la rencontre des autres, de leur lieu de vie est une chance et un réel contrepouvoir : il fait mentir les préjugés et rend plus libre.

Dernière modification : 18/03/2016

Haut de page