Message de votre député

Assemblée nationale, le 14 juillet 2015

Chères et chers compatriotes,
Mesdames et messieurs les délégués et conseillers consulaires,
Chers amis Marocains,
Mesdames et messieurs amis de la France

Retenu en France, je ne pourrai cette année me rendre, comme je le fais chaque année, dans un des pays de ma circonscription. Mon regret de ne pouvoir être cette année à vos côtés à Casablanca pour la Fête Nationale est consolé par M. Favret, Consul général, qui a l’amabilité de bien vouloir mettre ce message en ligne.

Notre consul ayant dit l’essentiel sur la disponibilité constante qui doit être celle de la République française auprès de nos amis marocains, je veux seulement vous adresser un double message :

-  à nos compatriotes français d’abord, en ce jour de fête nationale : c’est vous en premier lieu qui - par votre implication sociale, professionnelle et culturelle - nourrissez la qualité de la relation entre nos deux pays, aidés en cela par le formidable accueil que nous fait la société marocaine. C’est aussi grâce à vous qu’entre deux déplacements, je sais et je suis l’évolution du pays en même temps que vos préoccupations quotidiennes. J’essaie d’y répondre au mieux, parfois directement, parfois en lien avec les services consulaires et en contact permanent avec les élus. Les questions locales, et en particulier le maintien de notre réseau consulaire et culturel, au-delà de la seule circonscription de Casablanca, sont une préoccupation constante sur laquelle je suis déjà intervenu. Je continuerai à plaider pour la France assume les moyens de ses ambitions formulées en matière de coopération mais aussi dans le domaine de l’accompagnement de nos compatriotes résidant à l’étranger. Il en va de la responsabilité politique que chaque dépositaire d’un mandat se doit d’assumer. J’espère que la lettre d’information bimensuelle répond aux besoins d’informations qui sont les vôtres. Les sujets ne manquent pas : fiscalité, scolarité, état civil, vie familiale... Nous avançons sur certains sujets, et sur d’autres, la persévérance et la constance finiront par porter leurs fruits.
-  À nos amis marocains, je veux dire combien nous sommes nombreux à avoir conscience que les coopérations culturelles, économiques - respectueuses et réciproques - doivent s’inscrire concrètement dans nos agendas, car les intentions affirmées ne valent que quand elles se traduisent dans le réel. Les médias nous donnent souvent à voir un monde de peurs et de malheurs, sur lesquels se greffent des discours belliqueux ou les guerres d’identités prennent le pas sur les possibilités d’une coopération véritable. Je crois profondément que celle-ci peut se traduire dans une double stratégie : euro-africaine d’une part (mais on voit les enjeux d’intégration politique et économique dans les deux continents ) ; francophone d’autre part, tant il est vrai que la langue française peut constituer une stratégie commune véritable dans la mondialisation. Mais nous savons surtout que c’est vous qui portez vos propres solutions, non seulement pour vous-mêmes, mais aussi pour faire exemple le cas échéant.

Les absents ne sauraient abuser de leur temps ; je vais donc vers ma conclusion : je veux remercier notre Consulat Général, tous les services et tous les agents qui en dépendent, pour l’investissement qui est le leur au service de nos compatriotes et de la relation bilatérale : malgré des obstacles sérieux, le réseau scolaire - qui doit répondre aux demandes nouvelles et à l’exigence d’accessibilité - reste préservé, les partenariats se multiplient et je sais l’énergie qu’y consacre notre ambassade. Mes salutations aussi à toutes et ceux qui, des réseaux culturels, éducatifs et aux entrepreneurs du quotidien - dont le nombre ne cesse de croître - construisent nos amitiés.

Avec mes remerciements renouvelés à notre Consul général pour cette transmission,

Avec mes plus cordiales salutations républicaines

Votre député,

Pouria Amirshahi

Dernière modification : 15/07/2015

Haut de page